Pompon Voltaire

  1. Vous êtes ici :  Accueil » Pompon Voltaire

2016 - mise en scène

De Yvan Varco.
Avec l’auteur et Anne Deleuze.
Avignon puis Studio Hébertot, Prodution Fam Prod.

Note d’intention de mise en scène

Auteur : Yvan Varco
Interprétation : Anne Deleuze et Yvan Varco
Mise en Scène : Anne Bourgeois
Décor : Sophie Jacob
Lumière : Laurent Béal
Costumes : Corinne Pagé

Yvan Varco a su trouver la modernité et la comédie en se laissant inspirer par deux éminents personnages du XVIIIe Siècle : Voltaire et Emilie du Chatelet. Si l’on connaît bien le premier, on connaît moins l’auteure du célèbre Discours sur le Bonheur, cette érudite élevée comme un garçon par un père richissime, qui eut accès aux études, qui oeuvra tout à la fois en tant que mathématicienne, philosophe, femme de science… et inocula probablement les premiers germes du féminisme. L’admiration mutuelle que se portaient ces deux stars se mua en relation amoureuse, terrain de jeu idéal pour Yvan Varco qui transforme en joute verbale, joyeuse, tendre, tonitruante, émouvante… les pensées haut-perchées des duellistes de la philosophie.
Qui dit comédie dit grands acteurs ! Anne Deleuze incarne une Emilie vive, bouillonnante, sincère, sensible, dont l’immense intelligence et la conscience sociétale sont toujours reliées à l’humour. Yvan Varco endosse l’habit d’un Voltaire dépassé par l’impétuosité et la sensualité de sa compagne. Brillant, orgueilleux, gourmand, curieux et vivant dans un monde où la supériorité des hommes ne fait nul doute, il offre à sa femme savante de quoi se faire à la fois bousculer, moquer, adorer. Le travail des acteurs consiste ici à donner corps et âme à des points de vue qui appartiennent théoriquement au genre « philosophique », mais qui deviennent par la grâce du jeu des questionnements, des préceptes, et même des revendications pour mieux vivre.
En arrière plan de ce Discours sur le Bonheur, l’ébauche d’un cabinet de travail où Emilie mène ses recherches : imaginé par Sophie Jacob, le décor mêle éléments contemporains et historiques, avec des meubles ultra modernes et des paravents classiques. Les costumes créés par Corinne Pagé sont résolument d’époque, l’intérêt étant de confronter l’esthétique du XVIIIe Siècle à l’actualité des idées échangées : il y a dans ces échanges des phrases percutantes sur le désir, la psychologie, le droit de disposer de sa mort, il y a des pensées politiques, libertaires. Mais on y entend aussi de très doux conseils pour profiter de la vie : savoir additionner de tous petits bonheurs pour en obtenir un grand… Et lorsque la mathématique de la pensée alterne avec le goût de la simplicité, c’est le triomphe de l’humain, c’est le triomphe du Théâtre !