l’Univers Du Clown

  1. Vous êtes ici :  Accueil » l’Univers Du Clown

Programme évolutif par Anne Bourgeois

FORMATION de comédiens

POURQUOI UN TRAVAIL AUTOUR DU CLOWN

Je dirige des stages autour du clown depuis de très nombreuses années, stages qui s’adressent uniquement à des interprètes.
J’ai construit ma direction petit à petit, en fonction de mes recherches personnelles et professionnelles :
j’utilise le monde du clown comme outil de recherche pour connecter l’acteur à ce qu’il y a de plus intime, plus drôle, plus fou, plus énorme, plus spectaculaire, plus minimaliste…plus Tout, en lui. Je reste toujours en questionnement. Le clown n’existe que parce qu’il est regardé et nous travaillons essentiellement sur ce que le regard du « Monde du devant » déclenche en lui. Mes stages ont donc toujours été ouverts aux spectateurs curieux…

Que viennent y chercher les acteurs ? …La plongée du travail « avec le nez » dans un univers d’essentiel et de suspension, la beauté des improvisations, leur échec parfois, la recherche du comique ou de l’émotion, de « ce qui marche », de « ce qui ne marche pas », un très grand niveau de jeu et de création, notre façon de guider les acteurs en direct… tout cela, au fil de mes années d’atelier, a fini par devenir un rendez-vous régulier et organique nécessaire aux acteurs.

MESSAGE A CEUX QUI VIENNENT « CHERCHER » LE CLOWN

La réalité du métier de comédien, le quotidien de l’acteur, bien qu’ils nourrissent l’interprète et qu’ils soient sa raison d’être, finissent également par l’abîmer, le perdre, systématiser, voire schématiser ses fonctions créatrices.

Dans les exercices liés à l’univers du clown, le travail permet à l’acteur de retrouver l’essence de son interprétation: d’où viennent ses sensations, que sont devenus la vie organique, le principe de l’action-réaction, qu’y a-t-il d’intime et d’identitaire dans la recherche de ce qui est infiniment grand, infiniment petit, infiniment rien…ou en tout cas infiniment quelque chose ? Et quand « je » me laisse voir, qu’ai-je de précieux à laisser voir ?…

Le face à face avec le partenaire, la notion de « solo », les recherches collectives fournissent à l’acteur un support de création extraordinairement libre et à la fois totalement cadré : protégé par les règles du jeu, l’acteur est secouru par son clown qui va l’aider à retrouver le premier souffle, à sentir de nouveau en lui le surgissement de son monde intérieur. Les comédiens-clowns n’ont plus comme dénominateur commun que le nez rouge qui les ramène à leur condition d’hyper-émetteurs, hyper-récepteurs, hyper-créateurs. C’est un travail qui ne cesse de les ramener face à eux-mêmes, posant inlassablement la même question : « ce monde du devant qui me regarde sacralise ma présence…alors qu’est-ce qui est modifié chez moi, à partir du moment où je suis conscient d’être regardé ? ».

La recherche autour du clown illumine les interprètes en les rendant à la fois libres et responsables de ce qu’ils construisent, conscients d’un potentiel enfoui qui ne s’exprime que trop rarement et qui va les aider à mieux s’utiliser en tant qu’artistes.

PROGRAMME éVOLUTIF DES SéANCES

L’acteur regardé : la conscience organique d’être exposé au regard du monde du devant.
L’acteur et ses sensations : une créativité basée sur le surdimensionnement des sensations.
L’âme et le regard : repérer ce qui vous traverse et ce qui n’a pas été reçu.
Les quatre éléments : comment l’acteur peut créer en éprouvant les quatre éléments.
Démesure et accident émotionnel : le dérèglement poétique du clown.
Solos, duos, trios : entrer-naître, vivre, sortir-mourir.
Le monde secret du clown : l’intimité de l’acteur et sa différence, révélées par son clown.